Procter & Gamble, par l’intermédiaire de Marc Pritchard, le directeur de la marque, a soulevé une fois encore les problèmes d’opacité dans la pub en ligne. Il propose quelques mesures pour que les annonceurs bénéficient de plus de transparence.

Une norme de visibilité unique

Tout le problème pour une agence webmarketing est de savoir si la publicité qui a été lancée est bien arrivée jusqu’à sa cible. Un scandale mis à jour l’an passé a semé le doute, c’est pourquoi P&G souhaite qu’une norme unique de visibilité puisse permettre d’être certain que chaque impression payée a bien été vue par l’internaute. P&G mise sur la norme développée par le Media Rating Council.

Signer un contrat de transparence

Pour que votre agence SEO puisse être certaine de disposer de toutes les informations nécessaires, un contrat de transparence devra être signé entre les médias et les annonceurs.

Une certification fiable

Pour éviter toute fraude, la transparence ne suffit pas. Marc Pritchard souhaite empêcher toute pratique illégale en faisant appel à la certification de Trustworthy Accountability Group.

Faire pression de manière financière sur les médias

Pour Procter & Gamble, la solution ultime est simple : sanctionner les médias réfractaires en limitant la publicité en ligne. Car si cette publicité vous permet de convertir, votre agence SEO Brest dépense pas mal d’argent qui entre dans les poches de ces différents médias. Or, P&G souhaite aujourd’hui que ce soit donnant-donnant : les annonceurs paient, les médias font preuve de transparence. L’entreprise américaine a déjà divisé par deux son budget l’an dernier, elle pourrait poursuivre sur sa lancée si elle n’obtenait pas gain de cause.